Outils pour utilisateurs

Outils du site

verbale-linguistique_documentation

Documentation Scientifique

Intelligence Linguistique


L’intelligence linguistique (ou verbale) consiste à utiliser le langage pour comprendre les autres et pour exprimer ce que l’on pense. Tout comme l’intelligence logico-mathématique, on la mesure dans les tests de QI. Elle permet l’utilisation de la langue maternelle, mais aussi d’autres langues. C’est aussi l’intelligence des sons, car les mots sont des ensembles de sons. Les personnes auditives ont ainsi beaucoup plus de facilité à entendre des mots que de voir et retenir des images. Tous les individus qui manipulent le langage à l’écrit ou à l’oral utilisent l’intelligence linguistique : orateurs, avocats, poètes, écrivains, mais aussi les personnes qui ont à lire et à parler dans leur domaine respectif pour résoudre des problèmes, créer et comprendre. Victor Hugo maîtrisait à merveille ce type d’intelligence. Lien externe


Howard Gardner’s Theory of Multiple Intelligences


Verbal-Linguistic Intelligence(“word smart” or “book smart”)
This intelligence involves the knowing which comes through language; through reading, writing, and speaking. It involves understanding the order and meaning of words in both speech and writing and how to properly use the language. It involves understanding the sociocultural nuances of a language, including idioms, plays on words, and linguistically-based humor. If this is a strong intelligence for you, you have highly developed skills for reading, speaking, and writing and you tend to think in words. You probably like various kinds of literature, playing word games, making up poetry and stories, engaging in involved discussions with other people, debating, formal speaking, creative writing, and telling jokes. You are likely precise in expressing yourself and irritated when others are not! You love learning new words, you do well with written assignments, and your comprehension of anything you read is high. Lien externe



Étude génétique de la structure linguistique de l'association verbale

PICHEVIN Cl., NOIZET G. Étude génétique de la structure linguistique de l'association verbale L'Année psychologique Année 1968 68-2 pp. 391-408 Lien externe
Une épreuve d'association verbale en choix ouvert est utilisée pour préciser l'évolution génétique de la disponibilité de deux catégories de relations linguistiques : relations paradigmatiques ou de substitution dans le code, relations syntagmatiques ou de combinaison dans le message. Cinq groupes d'enfants sont ainsi étudiés et comparés à deux groupes d'adultes différant entre eux par leur niveau culturel. Les résultats confirment l'hypothèse d'une loi génétique à extremum, le maximum d'associations de type paradigmatique se situant à 11 ans. Les problèmes soulevés par la catégorisation des réponses font l'objet d'une discussion théorique centrée sur la définition des deux types de relations. Cette définition commande le choix des critères de repérage qui sont confrontés aux propositions de certains psycholinguistes américains. Une analyse interne des associations des deux types permet en particulier de distinguer la signification d'une prédominance relative de la combinaison linguistique aux deux versants de l'âge où émergent les opérations formelles.


L’émergence et l’évolution du langage humain du point de vue des neurosciences

FRANCOIS J. L’émergence et l’évolution du langage humain du point de vue des neurosciences Corela – cognition, représentation, langage CC-BY-NC-SA Lien externe
Depuis un siècle et demi les linguistes s’abstiennent de questionner les processus d’émergence et d’évolution du langage humain et préfèrent poursuivre la reconstruction d’états anciens de langues actuelles par la méthode élaborée au 19e siècle de la grammaire historico-comparative. Mais depuis environ 1990 des chercheurs de différentes origines disciplinaires se sont emparés de cette question en essayant de combiner les outils conceptuels et instrumentaux de ces disciplines. Parmi ceux-ci les représentants des neurosciences ont joué un rôle décisif. Après avoir souligné que l’origine des langues, de la grammaire et du langage humain constituent trois questionnements séparés (section I), cette contribution énumère les disciplines intéressées conjointement par l’évolution du langage et évoque l’attrait du langage pour les biologistes évolutionnaires (section II) et documente l’apport des neurosciences évolutionnaire à l’étude de l’origine du langage (section III).


Le prisme des langues, essai sur la diversité linguistique et les difficultés des langues

TOURNADRE N. Le prisme des langues, essai sur la diversité linguistique et les difficultés des langues Paris: L'Asiathèque Lien externe
Linguiste de terrain et polyglotte, Nicolas Tournadre propose ici une réflexion générale sur le langage, la diversité des langues et la complexité linguistique, illustrée d'innombrables exemples saisissants.

« C'est […] une explosion de passion contagieuse que fait jaillir ce livre, consacré aux produits du génie créatif des sociétés humaines confrontées à la nécessité de s'inventer un moyen de communication. On a de bonnes raisons de penser que cet ouvrage devrait rencontrer une large audience parmi les esprits curieux, et allumer la curiosité des autres. » (Extrait de la préface de Claude Hagège)

Nicolas Tournadre est professeur des Universités. Il enseigne la linguistique à l'université d'Aix-Marseille. Spécialiste des langues tibétiques, il effectue depuis 1985 des recherches consacrées à ces langues sur le Haut Plateau tibétain, dans l'Himalaya et le Karakoram, en Chine, en Inde, au Bhoutan, au Népal et au Pakistan. Polyglotte, il connaît à des degrés divers une vingtaine de langues appartenant à huit familles (romane, germanique, slave, indo-iranienne, tibétique, sinitique, sémitique, langues des signes).


Fascinante parole sifflée

MAYER J. Fascinante parole sifflée CNRS Le Journal 07.12.2017 Lien externe
Imaginez-vous en train de travailler votre potager ou de surveiller des animaux : des activités de subsistance que l’humanité pratique depuis des siècles, à la campagne comme à la montagne. Mais voilà qu’il vous faut communiquer avec votre ami, là-haut, sur la colline d’en face. Oubliez le téléphone portable : en montagne, les réseaux ne fonctionnent pas toujours bien. Le rejoindre pour lui parler de vive voix ? Trop fastidieux : une perte d’énergie et surtout de temps. Crier alors ? Cela suffirait juste à attirer son attention : lorsqu’elle se propage, la voix est rapidement dégradée. Sans compter que vos cordes vocales vont rapidement fatiguer. Et pourquoi pas… en sifflant ? Un bon sifflement pourrait l’atteindre facilement. Il porte beaucoup plus loin que le cri, jusqu’à plusieurs kilomètres en montagne si le terrain et le temps sont dégagés. C’est un concentré d’énergie sonore dans une bande étroite de fréquences situées au-dessus des bruits de fond les plus communs de la nature. De là à tenir un dialogue complet à distance, il n’y a qu’un pas… que de nombreuses populations du monde ont déjà franchi il y a des milliers d’années.


Jean Pruvost, le passeur de mots

BEN YTZHAK L. Jean Pruvost, le passeur de mots CNRS Le Journal 16.03.2016 Lien externe
À l’occasion des Journées des dictionnaires, les 17 et 18 mars, rencontre avec le créateur de cet événement, le lexicographe et lexicologue Jean Pruvost. Cet amoureux des mots possède une collection de 10 000 dictionnaires et n’aime rien plus que partager sa passion avec le plus grand nombre.


Aux origines du langage

TESTARD-VAILLANT P. Aux origines du langage CNRS Le Journal 09.09.2014 Lien externe
Rencontre avec Adrien Meguerditchian, docteur en psychologie et primatologue, qui étudie la communication gestuelle chez les singes. Le but de ses travaux ? Mieux comprendre l’origine… du langage humain.


Le cerveau plasticien

Sylvie CaptainSassLien externe

Permalink verbale-linguistique_documentation.txt · Dernière modification: 2018/05/18 10:52 par ines_k

oeffentlich